Les droits humains aux temps du COVID-19 (ONUSIDA)

Extraits.  » Alors que le monde renforce les réponses de santé publique à la pandémie de COVID-19, les pays sont appelés à prendre des mesures décisives pour contrôler l’épidémie et à fournir les services et diagnostics nécessaires aux personnes qui en ont besoin. Les pays sont invités à adopter une approche globale adaptée à leurs circonstances, le pilier central étant d’endiguer la pandémie. Cependant, comme dans toutes les épidémies aiguës, notamment lors d’une transmission par contact occasionnel entre deux personnes, il convient de s’assurer que la réponse s’appuie fermement sur les droits des personnes.

Quarante années de réponse à l’épidémie de VIH ont généré une expérience significative ainsi que des enseignements quant à l’importance d’une approche basée sur les droits des personnes afin d’assurer des réponses efficaces et équilibrées à l’épidémie. Il est en particulier nécessaire de mettre en place une réponse éclairée et axée sur la communauté, une réponse empreinte de solidarité et de gentillesse, qui donne la priorité aux personnes les plus vulnérables et qui permet aux personnes de prendre des mesures pour se protéger et protéger les autres du virus. Ces aspects sont essentiels pour instaurer la confiance entre les communautés touchées, le gouvernement et les responsables de la santé publique, sans laquelle il est peu probable que la réponse soit rapide ou efficace. De la même manière, les mesures rapides ne doivent pas être rendues inefficaces par des inégalités existantes, un manque d’informations et des obstacles associés au coût, à la stigmatisation, à la vie privée et aux préoccupations relatives à l’emploi et à la subsistance. Comme nous l’avons vu avec la solidarité, le soutien et le pouvoir des communautés dans l’épidémie de VIH et déjà dans les communautés répondant à la pandémie de COVID-19, la réponse ne doit pas être la peur et la stigmatisation. Nous devons instaurer une culture de solidarité, de confiance et de gentillesse. Notre réponse au COVID-19 doit s’appuyer sur les réalités de la vie des gens et être axée sur l’élimination des obstacles auxquels les individus sont confrontés pour pouvoir se protéger et protéger leurs communautés. L’autonomisation et les consignes, plutôt que les restrictions, peuvent permettre de s’assurer que les individus puissent agir sans peur de perdre leurs moyens de subsistance, disposent d’une quantité suffisante de nourriture et vivent dans le respect de leur communauté. Cela nous procurera finalement une réponse plus efficace, plus humaine et plus durable à l’épidémie. »

https://www.unaids.org/fr/resources/documents/2020/human-rights-and-covid-19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.